Cinémania - le cinéma dans tous ses états

Forum sur le cinéma et son univers.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Nouveau Monde

Aller en bas 
AuteurMessage
Spielberg-Williams
Admin
avatar

Messages : 2167
Date d'inscription : 15/06/2008
Age : 27
Localisation : Antony (92)

MessageSujet: Le Nouveau Monde   Mer 13 Mai - 16:55



Un film de Terrence Malick.
Avec: Colin Farrel, Q'orianka Kilcher, Christian Bale, Christopher Plummer, Wes Studi, Noah Taylor, Ben Chaplin, David Tewlis...
Scénario: Terrence Malick.
Musique: James Horner, Wagner.
Production: New Line Cinema.
Distribution: Metropolitan Films.
Origine: Etats-Unis.
Genre: Aventure, Romance, Historique.
Durée: 2H20.
SORTI LE 15 FEVRIER 2006


SYNOPSIS:

En avril 1607, trois bateaux anglais accostent sur la côte orientale du continent nord-américain. Au nom de la Virginia Company, ils viennent établir "Jamestown", un avant-poste économique, religieux et culturel sur ce qu'ils considèrent comme le Nouveau Monde.
Même s'ils ne s'en rendent pas compte, le capitaine Newport et ses colons britanniques débarquent au coeur d'un empire indien très sophistiqué dirigé par le puissant chef Powhatan. John Smith, un officier de l'armée, est alors aux fers pour insubordination.
Déstabilisés, les Anglais préfèrent combattre plutôt que de s'adapter.
En cherchant de l'aide auprès des Indiens, John Smith découvre une jeune femme fascinante. Volontaire et impétueuse, elle se nommée Pocahontas, ce qui signifie "l'espiègle". Très vite, un lien se crée entre elle et Smith. Un lien si puissant qu'il transcende l'amitié ou même l'amour...


BANDE ANNONCE:



Note: 12/20
2 étoiles sur 5: **

Oubliez le classique Disney: Malick le prend à rebrousse-poil. Il faut dire qu'avant d'être adaptée en 1995 par la firme américaine en chansons et mise en scène épique, l'histoire de Pocahontas est une légende, relevant plus de l'Histoire que du mythe.
Alors que penser du film de Terrence Malick?
Bah pas tant de choses que ça, finalement... Une certaine déception à vrai dire, à l'égard de ce film...
Malick aime la nature. Ca se voit. Trop. Beaucoup trop... Filmer les merveilles de notre planète et composer une symphonie visuelle en son honneur est un but très louable, d'autant que cela est fait avec délicatesse. Mais lorsque l'histoire s'en retrouve reléguée au second plan, et que le rythme est sérieusement entamé, alors là: c'est pesant. Le personnage principal n'est donc pas John Smith, ni Pocahontas, mais... la Nature.
Le montage manque parfois de logique, avec des scènes que l'on ne s'explique pas. Le ton du film est un peu fade, sans doute dû à des longueurs à répétition.
Sur le fond, c'est très inégal. On évite la mise en scène hollywoodienne surjouée. Mais malheureusement, Malick n'échappe pas aux clichés, avec le mythe rousseauiste du bon sauvage glorifié. Ce qui donne lieu à certaines invraisemblances...
Reste une interprétation excellente (coup de coeur à Q'orianka Kilcher) et une musique magnifique.
Mais la trame archi classique et la fadeur de l'ensemble entament notre enthousiasme.
Au risque d'être traité de "spectateur populaire" qui ne comprend rien à l'art du réalisateur, j'affirme haut et fort que je préfère la version animée de 1995 de Mike Gabriel et Eric Goldberg. C'est peut-être plus commercial, mais ça n'est pas dénué de sens artistique (ô que non!!) et la trame est solide.
Malick semble avoir oublié qu'il ne réalisait pas un documentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemania.forum-actif.net
Luther

avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 26

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Mer 13 Mai - 18:42

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
QQQQQUUUUUOOOOOOIIIIII ????????
Laisse-moi le temps de me remettre... Voilà, c'est fait.
Le bon sauvage ? Les clichés ? La nature on en fait trop ? Un film fade ? Des longueurs ?
Lui accorder la même note qu'à "300" est une insulte - à mon sens ; Terrence Malick est un réalisateur exceptionnel, et son film l'est tout autant.
Des clichés, où en vois-tu donc, mon cher ? Le bon sauvage, c'est pas trop ce qui transparaît, car les torts sont partagés et à aucun moment Malick ne se montre méprisant ou partial - bien loin d'"Australia" par exemple ; les plans sur la nature sont magnifiques et apportent toute sa dimension philosophique au film, en nous interrogeant sur notre rôle dedans et notre place aussi, l'histoire d'amour s'y mêle et s'appuie dessus, et inversement ; le rythme est simplement différent, mais c'est agréable de regarder un film un peu calme, donnant le temps de réfléchir et où tout ne va pas à 200 à l'heure ; quant aux longeurs je n'en ai vu aucune, mais au contraire des scènes maîtrisées et des plans volontairement longs pour nous interpeller et appuyer un propos.
Venant d'un amateur de bon cinéma, ça m'étonne quand même... chacun son avis cependant, et moi je mettrai volontiers 18, voire plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niko

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 01/08/2008
Age : 27
Localisation : Devant un écran, me semble-il...

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Ven 15 Mai - 18:57

Même réaction que Luther: je m'insurge Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Deja, l'avoir mis dans la section action... Herm... Drame plutot, voire "historique", au grand maximum.
Ce film n'est en aucun cas une classique biographie de Pocahantas. Il s'agit plutot d'un film contemplatif. On est ébloui par les paysages et la musique (haaaaaaa Mozart!)
Ce film appele plus à la sérénité qu'autre chose. Comme disait mon père, et c'est vrai que cela fait du bien, on évite le film ou le hèros évite trois explosions atomiques en escaladant un camion, couchant avec une beauté plastique tout en maintenant d'un main l'Empire State Building.
C'est, je le répète, et c'est vraiment ce qui fait la beauté du film, un film contemplatif .
Alors effectivement, on peut trouver qu'il ne s'y passe rien... Et que c'est long (ce fut ma 1ere impression quand je l'ai vu à sa sortie en DVD, soit il y a 3 ou 4 ans). Mais quel émerveilement quand j'ai pu le revoir!
Quant aux indiens que tu juges rousseauistes... Deja, il est clairement établi qu'une grande majorité vivant bien plus en symbiose avec la nature que nous. Et de plus, les indiens ne sont pas d'une naiveté écoeurante: ils sont les 1ers à engager les hostilités par exemple. (les anglais ne leur ont encore rien fait!)
De même, les pensées des personnages, si je ne les concidère pas vraiment comme "philosophique" appelent à la méditation et sont d'une grande poèsie.
Pour moi, un film appaisant, mélancolique et poètique. Un petit 17 me semble plus de mise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spielberg-Williams
Admin
avatar

Messages : 2167
Date d'inscription : 15/06/2008
Age : 27
Localisation : Antony (92)

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Ven 15 Mai - 21:54

Citation :
bien loin d'"Australia" par exemple

Pas faux... D'ailleurs si je renotais le dernier Luhrmann aujourd'hui je lui mettrais sûrement 12... (pas de cris s'il vous plaît!^^)
Voilà au moins un film qui fait débat entre nous...
Mais je maintiens mon avis. Contemplatif d'accord, mais c'est tout de même du 7e art, et les longueurs n'apportent rien à la contemplation. Par exemple, "Out Of Africa" de Redford est un film où les longueurs font légion. Mais elles ont un sens. Elles participent à l'atmosphère si particulière du film. Et elles n'apparaissent pas comme des longueurs en tant que telles. Ici, ce n'est pas vraiment le cas. On voit qu'il y a de très bonnes intentions de la part du réalisateur, mais c'est assez maladroit (selon moi). Personnellement je n'ai ressenti absolumment aucun émerveillement...
Bien d'accord avec Niko, je n'aime pas particulièrement les films où les péripéties du héros sont abracadabrantesques (surtout dans ce genre en fait).
Mais si il n'y a rien de ça ici, on en vient presque parfois à regretter un peu d'action... ce qui n'était pas le but de Malick je pense... Et le fond n'est pas toujours traité habilement, ce qui ne justifie donc pas l'absence d'action.
Pour ce qui est du mythe du bon sauvage: écoutez la description des Indiens par John Smith, on frôle à peine la caricature...
Mais le tableau n'est pas si noir... il y a des atouts indéniables!
Mais pour moi, on est très très très très loin d'un 17/18...

Quant au classement, c'est toujours dur... D'autant quand les genres se croisent... J'opte pour Historique. Cela vous va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemania.forum-actif.net
Luther

avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 26

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Sam 16 Mai - 1:09

Pas traité habilement ? Explique-toi, moi je ne vois strictement aucune maladresse...Des maladresses ? Où ça donc ? Et les longueurs ont également un sens, celui de la contemplation, de la réflexion, de la sérénité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spielberg-Williams
Admin
avatar

Messages : 2167
Date d'inscription : 15/06/2008
Age : 27
Localisation : Antony (92)

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Sam 16 Mai - 11:14

Les maladresses résident essentiellement dans le rythme et dans le montage (à mes yeux).
Il y a certaines scènes qui arrivent "comme un cheveu sur la soupe" et qui disparaissent aussitôt, sans que l'on comprenne leur utilité. Je n'ai pas d'exemples précis en tête, mais je me suis fait plusieurs fois la remarque en voyant le film (et mes parents qui l'ont vu avec moi également). Contemplation d'accord... mais je pense que cela passerait si le rythme était mieux dosé. Réaliser un film est une chose, raconter une histoire en est une autre. Malick n'arrive pas à réussir les deux. Son film est très beau, mais je suis désolé, le scénario est le plus important dans un long métrage. De belles images, un appel à la contemplation d'accord... mais ce n'est pas un documentaire! Si l'histoire n'est pas un minimum structuré, ça ne marche pas. Et l'histoire du Nouveau Monde est assez inégale. La forme ne suffit pas! Et le fond de ce film est assez mou, et peu original (la façon dont Malick aborde le problème est trop classique).
Je vais même jusqu'à dire que certaines scènes sonnent faux. Les retrouvailles entre Smith et Pocahontas par exemple. Je déteste le mélo mais là on a l'impression qu'ils se sont quittés la veille...
Bref, Malick donne tout sur la forme, et délaisse complètement le fond de son sujet. Les relations Colons/Indiens sont mal exploitées, l'idylle entre Smith et Pocahontas est finalement assez secondaire, dépassée par l'hommage du réalisateur à la Nature, avec un N démesuré.
Redford a rendu un bel hommage à la Nature dans "Out Of Africa", Jean Jacques Annaud à travers "L'Ours", et même Costner dans "Danse avec les loups". Mais ces réalisateurs ont eu l'habilité de se baser sur un scénario solide et d'exploiter à fond leur sujet.Voilà toute la différence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemania.forum-actif.net
Spielberg-Williams
Admin
avatar

Messages : 2167
Date d'inscription : 15/06/2008
Age : 27
Localisation : Antony (92)

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Sam 16 Mai - 13:09

Niko a écrit:
On est ébloui par les paysages et la musique (haaaaaaa Mozart!)

Tu veux dire Wagner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemania.forum-actif.net
Niko

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 01/08/2008
Age : 27
Localisation : Devant un écran, me semble-il...

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Sam 16 Mai - 23:31

Je réitires, le thème des deux tourteraux est de ce bon vieil Amadeus :p

la preuve...: http://www.deezer.com/track/322804
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luther

avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 26

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Dim 17 Mai - 18:01

A l'inverse de 99% des réalisateurs, Malick présente au contraire de maladresse l'audace de commettre un véritable sacrilège dans le cinéma moderne : ne pas tout donner à 200 à l'heure, ne pas tout expliquer, se permettre des plans longs, ne pas passer tout de suite d'un évènement à l'autre pour ne pas ennuyer le spectateur. Les petites scènes sont sans doute les plans sur la nature, sur les indiens ou les colons ? Leur arrivée n'est pas justifiée certes, et alors ? A-t-on besoin de tout justifier, de ne jamais commettre le moindre petit écart, de parfois s'éloigner de son fil directeur - de pas trop loin, j'anticipe les réactions - pour explorer autre chose que "le scénario, le scénario, s'en tenir au scénario !" ? Le rythme s'en ressent peut-être ; mais ce n'en est que plus fort, surtout que je ne me suis absolument jamais dit que c'était long, ennuyeux ou mal dosé. De plus le scénario est certes important mais si les acteurs sont nuls, la mise en scène banale et classique, les décors fades ou simplement la caméra mal maîtrisée, ça en devient lourdingue. "Le Nouveau Monde" présente un scénario intéressant, peut-être pas aussi original que cela, mais au moins il ne nous prend pas pour des idiots - à mon sens hein - et s'abstient de tout effet genre "regardez je suis un génie tellement génial que mon scénario se paume dans les complications inutiles !". Parfaitement structurée et maîtrisée, l'histoire est belle, triste, et pas du tout classique : les colons ne sont pas des héros, la société n'est pas parfaite, les indiens ne sont pas des saints... Si on veut du scénario classique, on peut chercher partout ailleurs, mais certainement pas ici.
Des scènes sonnant faux, je trouve un peu étrange surtout lorsque l'on considère l'idée même du réalisateur. Absolument lointaine du mélo (dans lequel Pocahantas et Smith se seraient mariés sans que l'autre y trouve rien à redire etc...), les scènes de retrouvailles sont très belles et ne m'ont absolument pas laissé l'impression que tu cites... Bien à l'inverse de ce que tu penses - m'est avis hein - les relations colons-indiens sont bien expliquées et précisées, et l'histoire d'amour permet les réflexions sur la nature sans être occultée, délaissée ou "secondaire", bien au contraire. A croire que tous les films de ce genre doivent forcément être des idylles pas forcément parfaites mais sans guère d'originalité... Moi je suis pas d'accord. Malick au contraire exploite son sujet d'une manière inhabituelle, forte et juste, aussi bien voire mieux selon moi que Jean-Jacques Annaud - mon Dieu oser les comparer - ou d'autres réalisateurs de ce type. Je ne remets pas en cause leurs capacités, mais j'estime tout de même que pas un seul d'entre eux n'arrive à la cheville de Malick. Voilà. Maintenant, direction les critiques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spielberg-Williams
Admin
avatar

Messages : 2167
Date d'inscription : 15/06/2008
Age : 27
Localisation : Antony (92)

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Lun 18 Mai - 21:55

Inutile de m'éterniser...
Pour moi Malick n'est pas un génie.. (du moins tant que je n'aurais pas vu La Ligne Rouge héhé...)
Mais après, on peut parler pendant des heures, les points de vue resteront tels quels, c'est bien normal.
Voilà ici deux avis opposés sur le film proposés à ceux qui ne l'ont pas vu (ou vu)... A eux de se faire leur avis!
Je pense que ce film est fait d'une telle manière que l'on n'aime... ou que l'on n'aime pas du tout.
Il a donc au moins le mérite de la particularité...

Pour ma part, je m'en vais chroniquer un authentique chef d'oeuvre pour le coup, "Mystic River" de Clint Eastwood, qui LUI est un génie! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemania.forum-actif.net
Luther

avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 26

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Mar 19 Mai - 20:00

C'est probablemnt ce qu'il y avait de mieux faire, puisque tout le monde campe sur ses positions.
Bon, je vais aller réagir sur un AUTRE chef d'oeuvre, d'un AUTRE génie, Mystic River.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bunny Lake

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Jeu 4 Juin - 14:35

Pour moi, le film de Malick a été une véritable claque. De même que La balade sauvage et La ligne rouge. J'en suis ressortie en totale apesanteur.
Celui-ci est beau, tout simplement, et je crois que c'est une expérience sensorielle avant tout autre chose (comme nous raconter une histoire). L'histoire est connue (et non, je ne parle pas de l'immonde film de Disney) et je ne crois pas que Malick s'attache à autre chose qu'aux sentiments démontrés, à la force que la Nature peut exercer, au sentiment d'amour dans son expression la plus pure et la plus innocente. Quelque chose finalement de très intime, en dehors de tout codes, de tout dogmes : en clair, il faut oublier la civilisation, c'est à dire oublier une autre idée du cinéma.
C'est un film panthéiste (alors oui, ça peut irriter) qui se déroule sous nos yeux comme une rivière. C'est un film intemporel (que le film se passe au Moyen-äge, à Venise ou ailleurs, les sentiments seront toujours les mêmes), lumineux et envoutant, parce que tout tient sur les épaules du personnage de Pocahontas (Q'Orianka Kilcher, que j'aimerais bien revoir) et ce personnage est déjà en-dehors du temps, parce qu'elle fait corps avec la forêt, avec la nature, le cosmos, elle représente l'idée du Tout. Il y a quelque chose de philosophique dans ce film, puisqu'il expose des idées plus que tout ; bien plus que la rencontre colons / indiens, c'est la rencontre Homme / Femme (et le leitmotiv est "qui es-tu ?" démontre que les idées de Smith, Rolfe sont malgré tout vouées à l'échec). Il y une sorte d'optimisme désabusé, puisque l'humain se frôle sans jamais réellement se rencontrer, se découvrir, alors que l'héroine cherche la fusion avant tout : puisqu'elle l'est déjà avec la Nature, elle la recherche dans l'homme. C'est un rêve, dans tout ce qu'il a de plus beau, un rêve visuel, et rêverie parce que tous les personnages en ont un (Smith par exemple, qui vient de trouver son utopie, alors que nous, spectateurs, savons très bien qu'il se trompe, parce que les autochtones, même si leur façon de vivre est plaisante à ses yeux, n'en restent pas moins des humains avant tout).
C'est un film pantheiste, et intime, tout en émotions suggerés, ce genre de films qui parle à l'humain et à ses sensations, avant tout. Le scénario n'est qu'anecdotique, il ne nous raconte pas l'Histoire, il y a quelque chose de rousseauiste dans le propos, en un peu plus désabusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spielberg-Williams
Admin
avatar

Messages : 2167
Date d'inscription : 15/06/2008
Age : 27
Localisation : Antony (92)

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Ven 5 Juin - 14:12

Pour le côté rousseauiste c'est ce que je disais... sauf que je le prend dans un sens négatif... parce que Malick l'insère de façon maladroite, presque caricaturale... (à mes yeux).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemania.forum-actif.net
Bunny Lake

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 04/06/2009

MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   Ven 5 Juin - 14:23

Je pense que ça dépend de la perceptionde chacun : personnellement, je pense que c'est vraiment le personnage de Colin Farrell qui s'exprime à ce moment-là, un homme qui a son utopie et qui la trouve à cet instant précis. J'ai bien conscience que ça peut être naïf (moi-même, ce passage m'avait fait tiquée, mais c'est parce que je suis une immonde misanthrope) mais en l'état, ça ne m'a pas dérangée. Ca se rapproche de cette utopie quer Thomas More ou les hippies prônaient, la question de civilisation, le retour à la nature et le recours à certaines valeurs oubliées, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Nouveau Monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Nouveau Monde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cinémania - le cinéma dans tous ses états :: AUTRES FILMS :: Historique / Péplum-
Sauter vers: