Cinémania - le cinéma dans tous ses états

Forum sur le cinéma et son univers.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Petite Sirène

Aller en bas 
AuteurMessage
Spielberg-Williams
Admin
avatar

Messages : 2167
Date d'inscription : 15/06/2008
Age : 27
Localisation : Antony (92)

MessageSujet: La Petite Sirène   Jeu 13 Jan - 1:13



Un film de Ron Clements et John Musker.
Avec les voix (VO) de: Jodi Benson (Ariel), Christopher Daniel Barnes (Eric), Pat Caroll (Ursula), Jason Marin (Flounder), Samuel E.Wright (Sébastian), Kenneth Mars (King Triton)...
Avec les voix (VF) de: Claire Guyot (Ariel), Thierry Ragueneau (Eric), Micheline Dax (Ursula), Boris Roatta (Polochon), Henri Salvador (Sébastien), Jacques Deschamps (Triton)...
Scénario: Ron Clements, John Musker, Roger Allers, Rob Minkoff.
Musique: Alan Menker, Howard Ashman, Robby Merkin.
Origine: EU.
Genre: Animation.
Titre original: The little mermaid
Durée: 1H23.
SORTI LE 28 NOVEMBRE 1990 (FR) et en NOVEMBRE 1989 (EU).


SYNOPSIS:

Ariel, fille du Maître des profondeurs marines, le roi Triton, semble, contre l'avis de son père, irrésistiblement attirée par le monde des humains.
Tout aurait pu en rester à un simple désaccord père / fille quand le hasard en décide autrement et place sur le chemin d'Ariel, un beau jeune homme mélancolique, le prince Éric, dont la petite sirène tombe éperdument amoureuse. Mais son père s'oppose catégoriquement à cette idylle inter-espèce.
Intervient alors l'intrigante pieuvre sorcière Ursula qui, bien décidée à déstabiliser le roi Triton, s'empare du désarroi de sa fille et la convainc, à certaines conditions, de prendre forme humaine pour rejoindre son bien aimé.
Pris au piège d'un dangereux marché de dupes, Ariel parviendra t'elle à se sortir d'affaires ?
(CHRONIQUES DISNEY.FR)

BANDE ANNONCE:




Les deux décennies qui ont suivi le décès de Walt Disney (1966) ont entraîné une période de pauvreté artistique chez Disney avec aucun "grand" film d'animation si ce n'est "Les aristochats" en 1970.
C'est en 1989, alors que le monde du cinéma n'y croyait plus trop, que les réalisateurs Ron Clements et John Musker créent la surprise en présentant une adaptation toute disneyenne du conte d'Andersen, "La petite sirène". Succès phénoménal, le film ouvre la porte à un nouvel âge d'or incontestable essentiellement composé de "La belle et la bête" (1991), d'"Aladdin" (1992), du "Roi Lion" (1994), de "Pocahontas" (1995) et du "Bossu de Notre-Dame" (1995). Certains prolongent cet âge d'or jusqu'en 1999 avec "Tarzan" et "Fantasia 2000".



"La petite sirène" renoue avec la grande tradition Disney sur tous les plans.
On retrouve tout d'abord un récit de prince et de princesse, genre dont le studio a fait sa spécialité depuis son premier chef d'oeuvre ("Blanche-Neige et les 7 nains"). La perpétuation de la tradition s'inscrit néanmoins dans une perspective résolumment moderne en présentant une héroïne au caractère un peu plus affirmé que ses prédécesseurs. Le conflit père/fille, l'amour impossible, la curiosité envers le monde étranger... Le personnage d'Ariel se retrouve confronté à tous ces thèmes au potentiel dramatique puissant.
Ensuite, Disney renoue avec la tradition en proposant des seconds-rôles marquants et inoubliables, en premier lieu desquels on trouve bien sûr le crabe Sébastien, conseiller du Roi et chef d'orchestre, merveilleusement doublé par Henri Salvador. Un accent caraïbéen délicieux pour un personnage riche en couleurs et en émotion! Il nous offre au passage les deux meilleures chansons du film: "Sous l'océan" et "Embrasse-la". Polochon, le compagnon craintif mais fidèle ou encore Eureka, la mouette qui se croit incollable sur le quotidien des humains complètent cette galerie de "sidekick" drôles et essentiels à l'harmonie du film.
"La petite sirène" marque aussi le retour des grandes partitions Disney avec son lot de morceaux passés au culte. Ce retour en fanfare est dû au talentueux compositeur Alan Menken dont le nom est indissociable du second âge d'or. Si sa partition sur "La petite sirène" est moins marquante que celle d'"Aladdin", elle n'en reste pas moins enjouée et réussie avec une diversité intéressante, se permettant d'aller vers des airs reggae ou caribéens, tout en gardant une ligne mélodique de comédie musicale où le son participe directement au processus de narration. Encore davantage qu'auparavant, à partir de ce 28e classique d'animation Disney, la musique est l'élément majeur du dessin animé.
Mais un classique Disney n'est rien sans un méchant digne de ce nom. Et Ursula a tout naturellement sa place au panthéon des figures maléfiques de l'animation disney! Machiavélique, repoussant et envoutant à la fois, le personnage est extrêmement bien travaillé, notamment en ce qui concerne les mouvements (le choix de la pieuvre se révèle très judicieux en ce sens). La version française est excellente avec la remarquable performance de Micheline Dax.
Ajoutez à cela de très beaux décors même si la question suivante demeure à mon sens: l'obscurité des fonds marins est-elle volontaire pour marquer la vision négative qu'en a Ariel ou est-ce un défaut technique?
Là où le film pêche un peu, c'est plutôt du côté de son scénario avec un rythme parfois un peu trop rapide (on aimerait que le film prenne davantage son temps). La fin est beaucoup trop expéditive et Ursula aurait mérité une fin un peu plus développée et originale.
"La petite sirène" est assurémment un "grand" film Disney même si ce n'est pas le meilleur sur le plan artistique. Il a eu cependant le mérite d'avoir remis le studio sur des rails solides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cinemania.forum-actif.net
 
La Petite Sirène
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cinémania - le cinéma dans tous ses états :: AUTRES FILMS :: Animation-
Sauter vers: